Joyeux Noël !

Les voeux d’Adi-Pierre Glanzmann, président d’AVE, aux habitants du quartier

Pour mémoire, vous trouverez ci-dessous :

  • Le cahier des charges urbanistique
  • La présentation réalisée par les services de l’Urbanisme et de l’environnement de la Ville de Neuchâtel, destinée à informer les habitant du quartier Vieux-Châtel et Edmond-de-Reynier

La prochaine assemblée générale de l’Association est pour bientôt !

La prochaine assemblée générale d’AVE aura lieu

le 22 novembre 2012 à 18 h 30

à la Cité universitaire.

A cette occasion, le comité d’AVE vous informera sur l’avancement du cahier des charges urbanistique concernant le projet de construction
destiné à remplacer les anciennes Serres de la Ville.

Comme de coutume, un apéritif sera servi à l’issue de la présentation.

Venez nombreux !

Une soirée… dense.

Hier soir avait lieu la rencontre des habitants du quartier de Vieux-Châtel et d’Edmond-de-Reynier organisée conjointement par la Ville et Equiterre – le but de cette rencontre étant pour la Ville, rappelons-le, de récolter les impressions des habitants sur leur quartier ainsi que leurs desiderata.

Côté Ville, MM. Olivier Arni (conseiller communal en charge, notamment, de l’urbanisme) et Fabien Coquillat (architecte communal adjoint) ainsi que sa collaboratrice, Mme Laure Boiteux, étaient présents. Côté Equiterre, Mme Natacha Litzistorf (directrice) et Hélène Gaillard animaient la soirée. Enfin, côté quartier, cinquante-six habitants s’étaient déplacés pour participer à cet « atelier ». Ce chiffre pouvait paraître un peu maigre à l’échelle de tout un quartier, mais en fait non ; Mme Natacha Litzistorf et M. Olivier Arni se sont même déclarés surpris et enchantés de ce taux élevé de participation.

Afin de recueillir les opinions de habitants de manière équitable et objective, les médiatrices d’Equiterre avaient réparti ceux-ci en sept groupes de sept à huit personnes. Au cours de la soirée, chaque groupe a dû répondre à trois questions :

  1. Forces et faiblesses du quartier ?
  2. Quels espaces ? Pour quels usages ? (Autrement dit, il s’agissait d’identifier, sur le plan du quartier, des zones de terrain publiques pour lesquelles on souhaitait des améliorations.)
  3. Quelles pourraient être les qualités des constructions à venir ?

Sans vouloir présumer de la synthèse qu’effectuera Equiterre et qui nous sera communiquée prochainement sous la forme d’un rapport, nous pouvons d’ores et déjà affirmer que les habitants du quartier ont montré une belle unanimité sur la plupart des points importants.

En résumé :

1. Au chapitre des forces du quartier, la cohérence esthétique du quartier, architecturale et historique (les rues de Vieux-Châtel et d’Edmond-de-Reynier sont fortement empreintes de l’esthétique du XIXe siècle), la relative tranquillité, la proximité avec les commerces, les hôpitaux, les écoles et les transports publics, l’esprit de solidarité et le caractère intime de « village urbain » (rus in urbe) ont été majoritairement relevés. Pour ce qui est des faiblesses, l’ensemble des habitants a déploré le manque d’espace vert public. Par ailleurs, quelques problèmes ont été soulevés, relatifs, entre autres, à la circulation (la rue de Vieux-Châtel est devenue une voie de délestage, engendrant un trafic dangereux), au parking sauvage, au « zoning » (stationnement prolongé, généralement de nuit, de personnes extérieures au quartier) de plus en plus fréquent (avec les déprédations, le sentiment d’insécurité et autres nuisances que cela suppose).

2. L’espace sur lequel toutes les attentions se sont concentrées fut bien sûr la zone des anciennes Serres de la Ville, raison pour laquelle, précisément, la Ville engageait le dialogue avec les habitants. À l’unanimité, ceux-ci se sont prononcés en faveur de l’aménagement d’un espace vert public et arborisé. Ils sont même allés jusqu’à le décrire précisément : cet espace devrait idéalement comporter des places de jeux destinées aux enfants, des bancs et des fontaines, devrait abriter des espèces devenues rares et menacées d’essences en vogue au XIXe siècle, devrait être sécurisé la nuit (doté de grilles fermées), voire comporter une zone potagère. Pour ce qui est des bâtiments situés au nord de la rue du Vieux-Châtel et jouxtant les anciennes Serres, l’ensemble des habitant s’est dit désireux qu’ils soient réhabilités, en vue, éventuellement, d’être affectés à de petits commerces artisanaux. D’autres secteurs du quartier ont également été évoqués, telles que la rue du Vieux-Châtel sous l’angle du parcage et de la circulation, ou encore la place Eddy Bauer, jugée par trop « minérale »  et dépourvue d’âme.

Le parc arborisé, tel que se le représente Adi-Pierre Glanzmann, président d’AVE, sur la base des souhaits exprimés unanimement par les habitants du quartier. (Cliquez pour agrandir.)

3. Enfin, c’est tout particulièrement lorsqu’il s’est agi d’énumérer les qualités d’une éventuelle future construction en lieu et place des anciennes Serres que les participants à cette rencontre ont dû déployer des trésors d’imagination ! En effet, comment prêter des qualités à quelque chose dont personne ne veut ? Ne devenait-il pas paradoxal de nous faire réfléchir aux possibles qualités d’une solution architecturale après que nous venions de tous nous prononcer en faveur de l’aménagement d’un parc arboré ? Et puis commencer à réfléchir aux qualités éventuelles d’un bâtiment, n’est-ce pas commencer à envisager l’existence même de ce bâtiment ? Plus encore : n’est-ce pas commencer à le construire, du moins dans nos têtes ?…

En conséquence, quelques habitants du quartier, dont le soussigné, n’ont pas hésité à se demander si, tout bien considéré, l’inexistence, tout simplement, ne pouvait pas être considérée, en l’occurrence, comme une qualité, et même comme la seule qualité envisageable pour une éventuelle construction sur l’emplacement des anciennes Serres. Cependant, la majorité des participants, assurément plus mesurés, ont accepté de jouer le jeu qui leur était proposé. Il est ressorti de leur travail que « si construction il devait vraiment y avoir », celle-ci devrait :

  • sauvegarder l’ensemble des bâtiments sis au nord de la rue et jouxtant les anciennes Serres ;
  • être d’une qualité architecturale et esthétique au moins comparable aux autres bâtiments construits à proximité ;
  • être de petites dimensions, surtout en termes de hauteur ;
  • ménager une large (« laaaaaaaaaarge » ) place à la végétation (arbres, arbustes, pelouse, etc.) ;
  • se montrer particulièrement novatrice écologiquement parlant, en se dotant entre autres des dernières technologies permettant d’assurer une consommation d’énergie minimale (selon les principes édictés par Minergie) ;
  • privilégier les matériaux locaux.

A l’issue de cette rencontre riche d’échanges de toutes sortes, M. Coquillat a pris acte des opinions exprimées, a remercié les participants de leur travail et a décrit les étapes qui allaient suivre :

  • novembre-décembre 2001 : rédaction par Equiterre d’un rapport restituant les données brutes de l’atelier participatif et envoi de ce rapport aux participants ;
  • décembre 2011 : rédaction par Equiterre de recommandations, sur les bases de l’atelier participatif et d’une réunion avec AVE, destinées à la Ville de Neuchâtel ;
  • janvier 2012 : rédaction par la Ville d’un cahier des charges urbanistique concernant le site des anciennes Serres et de ses abords, cahier des charges se fondant notamment sur le rapport et les recommandations d’Equiterre ;
  • 16 février 2012 : « séance de restitution », autrement dit : présentation du premier jet du cahier des charges urbanistique et deuxième atelier participatif sur la base de ce premier jet ;
  • février-mars 2012 : affinage du cahier des charges urbanistiques par la Ville selon le deuxième atelier participatif ;
  • avril-mai 2012 : transmission du cahier des charges définitif aux participants de la démarche participative ;
  • à partir de juin 2012 : phase d’avant-projet. Information sur la procédure retenue le 16 février 2012, lors du deuxième atelier participatif.

Une fois le processus participatif achevé, la Ville a convié les participants à un sympathique et bel apéritif dînatoire qui a permis aux conversations et aux débats de se poursuivre de façon conviviale et souriante.

Jeudi 20 octobre, suite du processus participatif Ville – habitants du quartier

La Ville poursuit son processus participatif sous la forme d’un atelier animé par Equiterre, auquel sont conviés tous les habitants du quartier Vieux-Châtel & Edmond-de-Reynier.

L’occasion pour nous tous de décrire les points forts et faibles de l’endroit où nous vivons, de faire part de nos rêves et d’énumérer quelles pourraient être les qualités d’une éventuelle future construction sur l’emplacement des anciennes Serres de la Ville.

L’affiche conviant les habitants du quartier

L’affiche conviant les habitants du quartier

Arrêté du Conseil Général du 6 Février … 1883!

Après avoir pris connaissance du testament d’Edouard Desor, qui léguait une partie de ses biens à la Ville de Neuchâtel, le Conseil Général publia un arrêté relatif à ce legs le 6 février 1883.

Quelque cent vingt-cinq ans plus tard, un des membres du comité de l’AVE déniche par un pur hasard cet arrêté à la brocante de la Vue des Alpes.

Ce document est disponible en téléchargement.

Résultat du vote du Conseil Général

Malgré les efforts de l’AVE, les articles concernant l’octroi du droit de superficie sur le  terrain des anciennes serres de la ville a été adopté à 19 voix pour et 16 voix contre.

La défaite est hautement honorable et ceci grâce aux convictions et au travail de l’AVE, de Patrimoine Suisse et des talents d’orateur de différents élus, tous partis confondus.

A l’heure où La Chaux-de-Fonds et Le Locle célèbrent leurs victoire en devenant patrimoine international grâce à leur architecture industrielle, Neuchâtel fait peu à peu disparaître le sien…. Et nous allons fêter le millénaire de notre cité…

À suivre…

Lettre au Conseil Communal

Suite à un article dans l’Express sur le quartier du Vieux-Châtel et du futur projet immobilier « Binda », l’AVE a envoyé une lettre à l’ensemble des membres du Conseil Communal de la Ville de Neuchâtel (9 Juin 2009). Cette lettre est téléchargeable sur ce site.

(Nous n’avons pour l’heure pas reçu de réponse ou d’accusé de réception à notre lettre.)